813

Retour à Argos

 

Eschyle / Violaine Schwartz

 

Mise en scène et nouvelle traduction du grec : Irène Bonnaud

 

Avec : Astrid Bayiha, Ludmilla Dabo, Jean-Christophe Folly, Adeline Guillot, Laetitia Lalle Bi Benie, Jean-Baptiste Malartre.

 

Assistante à la mise en scène Mounya Boudiaf - Chorégraphie Jean-Marc Piquemal - Son Alain Gravier- Costumes Nathalie Prats - Maquillage et coiffures Catherine Saint-Sever - Régie générale Christophe Boisson - Stagiaire dramaturgie et mise en scène Sarah Clauzet

 

Production déléguée : Théâtre du Nord – Centre Dramatique National - Lille – avec l’aide du Théâtre Dijon Bourgogne et la participation du Jeune Théâtre National.

 

Journal de travail

 

En août 2012, la police grecque a organisé une opération baptisée Zeus Xenios qui a conduit à l’interpellation de 7000 étrangers et à l’arrestation de 2000 d’entre eux, à leur placement massif dans des centres de rétention parfois improvisés dans d’anciennes casernes ou des bâtiments préfabriqués, où ils pourront rester enfermés un an par simple décision administrative. Qui, au gouvernement grec, a eu l’humour assez pervers pour donner à cette rafle de grande ampleur le nom de Zeus, protecteur des étrangers, on ne le saura sans doute jamais, mais les Grecs ne sont pas les seuls à enrôler aujourd’hui les dieux de l’Olympe dans leurs sales besognes.

 

L’agence européenne Frontex, chargée par l’Union du contrôle « des frontières extérieures » de l’espace Schengen, semble avoir un penchant marqué pour les divinités antiques, forcées bien malgré elles de prêter leurs noms à des opérations militaires -  le canal de Sicile et Lampedusa sont protégés par « le dispositif Hermès », les îles de la mer Egée se prémunissent contre les arrivées de Turquie grâce à « l’opération Poséidon », « Hera » renvoie dans des camps mauritaniens de sinistre réputation ceux qui tentent d’atteindre les Canaries en pirogue et « Zeus » renforce le contrôle des zones portuaires.

 

Zeus, qui, dans la pièce d’Eschyle, est omniprésent car il était le Dieu protecteur des étrangers, des vagabonds et des demandeurs d’asile, celui qui pouvait anéantir la Cité ou le foyer qui ne respecterait pas les règles sacrées de l’hospitalité, celui qui a protégé Ulysse pendant dix années d’errance en Méditerranée.

 

Plus personne dans l’Union Européenne ne craint de fâcher Zeus. Nous n’en sommes plus à ces croyances lointaines. Mais était-ce si bête, cette crainte d’une « honte qui montera jusqu’au ciel » si l’on refuse son aide à qui en a besoin ?

 

L’actualité contemporaine donne une résonance particulière aux Exilées d’Eschyle tant on croit y reconnaître les migrants subsahariens fuyant la Libye pour échouer sur les côtes de Lampedusa ou les exilées de la Corne de l’Afrique tentant leur chance par les îles de la mer Egée. Menacés de mort par les bombardements de l’OTAN, où s’illustrèrent la France et le Royaume Uni, de lynchage par nos nouveaux alliés du CNT, les Africains qui ont fui la Libye n’ont bénéficié d’aucune offre de protection des pays de l’Union Européenne et l’ont fait l’an passé à leurs risques et périls, parfois contraints et forcés par l’armée ou les milices libyennes.

 

Selon le Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU, il y a eu près de 2000 morts en Méditerranée pendant la seule année 2011 alors que l’agence Frontex dispose de moyens financiers et logistiques considérables et que les navires de l’OTAN étaient déployés dans le zone.

Aujourd’hui, a guerre libyenne à peine disparue de la une des journaux, on apprend que l’Union Européenne a voté à l’été 2012 des crédits exceptionnels à la Grèce pour empêcher les réfugiés syriens de passer la frontière gréco-turque. « L’Opération bouclier » a encouragé la police grecque à renvoyer manu militari des familles fuyant les combats, sans examen de leur demande d’asile et au mépris du principe de non-refoulement prévu par la Convention de Genève. 

 

            Préparant une mise en scène des Exilées, j’ai vite pensé qu’il fallait confronter le texte d’Eschyle à l’actualité contemporaine, à ce qu’est devenu le principe du droit d’asile dans l’Europe d’aujourd’hui. La Grèce, pays en proie à un désastre économique et aux agissements de milices néo-nazies, est le premier pays d’Europe où arrivent les exilés d’Afghanistan, du Pakistan, de Syrie ou d’Irak, mais aussi du Soudan ou d’Erythrée. Selon l’absurde règlement Dublin II qui prévoit qu’un étranger doit demander l’asile dans le premier pays de l’U.E. où il arrive et qu’il doit y être renvoyé s’il est arrêté sans papiers dans un autre pays, la Grèce est devenue le cauchemar des migrants qui s’y retrouvent bloqués dans une situation sans issue. Avec 0,3% d’acceptation de demande d’asile par an, le pays livre les migrants à la rue, à l’économie souterraine et à la surexploitation par des employeurs sans scrupule. Mais aux dernières nouvelles, l’Union Européenne n’y envisage pas d’autre progrès que la construction de 30 000 nouvelles places en centres de rétention, l’achèvement d’un mur à la frontière turque et la montée en puissance de l’agence Frontex, avec surveillance des côtes méditerranéennes par drones interposés. 

 

            Les textes de Violaine Schwartz, Io 467 et Flux migratoire, parlent de ce nouveau monde, si loin d’Eschyle. Destinés à servir d’épilogue au spectacle Retour à Argos, ils partent de la figure de Io, ancêtre des héroïnes d’Eschyle et personnage d’une autre de ses pièces, Prométhée enchaîné.

 

            Io était une princesse d’Argos, fille du roi Inachos. Un jour des rêves lui annoncèrent que sa beauté avait attiré l’attention de Zeus qui voulait s’unir à elle. Elle refusa, mais un oracle força son père à la chasser du palais et à la livrer au dieu. Cette union provoqua la jalousie d’Hera qui la transforma à moitié en vache. Dès lors, un taon envoyé par la déesse la poursuivit sans cesse, l’obligeant à courir sans relâche, de pays en pays, sans pouvoir jamais se reposer. Io erra ainsi autour du monde, et ses descendantes dans les Exilées racontent son périple et sa fuite éperdue, comme Prométhée le faisait déjà dans sa prophétie du Prométhée enchaîné. Enfin Zeus intervint pour la sauver : lorsqu’elle arriva au delta du Nil, il la caressa, elle retrouva forme humaine, et elle mit au monde le fils du dieu, un enfant noir qui deviendrait le fondateur des dynasties africaines, Epaphos, père de Libye, arrière-grand-mère des Danaïdes.

 

            Si son union forcée avec Zeus hante peut-être le destin de ses descendantes, l’errance de Io pourchassée par le taon ressemble au sort des migrants dans l’Union Européenne, chassés de partout, incités à aller demander l’asile « plutôt dans le pays voisin »,  arbitrairement renvoyés dans un pays où ont été enregistrées leurs empreintes digitales ou expulsés vers un supposé « pays de transit » prêt à les récupérer moyennant finances. Cet « enfermement en mouvement », qu’il soit fondé sur un jeu de ping-pong au sein de l’Europe ou des « expulsions en cascade » de pays en pays, les condamnent à la précarité jusqu’à l’épuisement et rend quasi impossible la défense de leurs droits. Moins que leur éloignement effectif, on a l’impression que le but recherché est de les maintenir dans un état de vulnérabilité perpétuelle et de créer une nouvelle classe de vagabonds corvéables à merci.

 

            Prométhée était l’emblème d’un mouvement ouvrier qui se voyait en Titan apportant le feu à l’humanité. Aujourd’hui c’est Io qui nous raconte notre monde. Avec Violaine Schwartz, c’est l’urgence du théâtre athénien que nous voulions retrouver, quitte à réduire l’écart entre le moment de l’actualité et celui du théâtre, entre l’événement et son surgissement sur scène. Le théâtre a parfois peur de l’actualité et hésite à parler des mêmes choses que les unes des journaux ou les tracts des militants. Il devrait se souvenir d’Eschyle qui écrivait, sur les expéditions militaires d’Athènes ou la réforme de l’Aréopage, des pièces de circonstances. Deux mille ans plus tard, elles sont plus fortes que jamais.

 

Dîtes clairement que vous n’avez pas fui la justice

Que vous n’avez pas les mains tachées de sang

Et surtout rien d’arrogant dans votre voix

Pas de fierté mal placée

Faîtes profil bas

Regardez à terre

Ne parlez pas avant les autres

Ne vous lancez pas dans de longs discours

Les gens d’ici se mettent facilement en colère

Souvenez-vous

Cédez le terrain

Vous êtes des étrangères en fuite

Démunies

Parler haut ne convient pas aux inférieurs

 

Création le 15 mars 2013 au Théâtre du Nord – Lille.