813

Ajax 

 

Commande de Gwenaël Morin pour le Théâtre du Point du Jour (Lyon). Création aux Nuits de Fourvière en juillet 2014. 

 

Athéna

Toujours

Enfant de Laerte

Je te vois en chasse

A l’affût d’un stratagème contre tes ennemis

Et te voilà à rôder dans le quartier des marins

Les soldats d’Aiax

Ici à l’extrémité du camp

Tu suis sa piste depuis longtemps

Tu mesures les traces de ses pas

Fraîchement gravées dans le sol

Tu veux savoir

 

Pas là

 

Eh bien tes efforts n’ont pas été vains

On croirait la marche d’une chienne de Laconie

Au nez subtil

 

L’homme est là

Il vient juste de rentrer

La sueur goutte de son front

Et de ses mains

Qui ont tenu l’épée pour tuer

 

Plus besoin de jeter des regards inquiets 

Entre les deux battants de cette porte

Dis plutôt le désir qui est cause de ce zèle

Et tu apprendras de celle qui sait

 

Ulysse

Voix d’Athéna

Ma déesse préférée

Je reconnaîtrais ce son entre tous

Même quand je ne te vois pas

J’entends le son de ta voix

Et mon cœur bondit

Comme à l’appel d’une trompette étrusque

A la bouche de bronze 

 

Tu m’as bien observé

Pendant que

Décrivant des cercles

Je m’approchais de celui qui me hait

Aiax qui porte le bouclier

C’est lui

Personne d’autre

Que je traque depuis un bon moment

Car cette nuit

Contre nous

Il a accompli un acte dément

 

Si c’est bien lui

 

Nous ne sommes sûrs de rien

Nous errons à l’aventure

Et l’enquête

Je l’ai voulue

J’ai pris sur moi cette corvée

 

Nous venons de trouver notre butin de guerre massacré

Toutes nos bêtes

Tuées une à une par la main d'un homme

Et tués aussi

Ceux qui gardaient les troupeaux

 

Tous accusent cet homme

Un témoin me déclare l’avoir vu

Courant seul à travers la plaine

Son épée trempée de sang

C’est un témoignage

Une preuve

Aussitôt je me précipite sur ses traces

Certaines me font avancer

D’autres m’égarent 

Comment savoir si ce sont les siennes

Mais juste au bon moment

Te voilà

 

En toutes choses

Passées

A venir

Tu tiens mon gouvernail

 

Athéna

Je sais

Ulysse

Je me suis mise en route depuis un moment 

Pour te seconder dans ta chasse

 

Ulysse

Souveraine chérie 

Ai-je bien travaillé

 

Athéna

C’est lui le coupable

 

Ulysse

Mais quelle pensée

Impossible à comprendre

A conduit sa main

 

Athéna

Il était lourd de colère

A cause des armes d’Achille

 

Ulysse

Mais pourquoi s’en prendre aux troupeaux

 

Athéna

Il croyait plonger sa main dans votre chair

 

Ulysse

Quoi

Son projet était de s’en prendre aux Grecs 

 

Athéna

Il l’aurait fait si je ne m’en étais pas mêlée

 

Ulysse

Mais quels plans avait-il conçus

Comment a-t-il eu l’audace

 

Athéna

A la faveur de la nuit

En traître

Il s’est élancé contre vous

Seul

 

Ulysse

Etait-il près du but

A-t-il failli accomplir

 

Athéna

Il était arrivé jusqu’à la porte de vos chefs

 

Ulysse

Comment a-t-il retenu sa main avide de meurtre

 

Athéna

Moi

Je l’ai retenu

J’ai jeté sur ses yeux des pensées qui l’ont égaré

Une joie dont on ne guérit pas

J’ai détourné sa marche vers les troupeaux de moutons

Et vers les bœufs surveillés par les gardes

Butin encore commun à toute l’armée

Il s’est précipité sur eux et les a taillés en pièces

Un meurtre riche en cornes

 

Il massacrait tout ce qu’il voyait autour de lui

Bientôt

Croyant tenir à sa merci les fils d’Atrée 

Les deux chefs de votre armée

Il se précipitait tantôt sur l’un

Tantôt sur l’autre

Pour les tuer de sa propre main

Il allait

Venait

Egaré par des maladies

Des démences

Et moi je l’encourageais

Je le poussais dans les filets du malheur